Home

Le Musée du Costume et de la Dentelle de Bruxelles accueille jusqu’au 31 décembre 2010 l’exposition Sixties ! Les couleurs d’une libération. Je n’étais jamais allée dans ce petit musée du centre de Bruxelles. Tout, de la thématique de l’exposition au nom de cette rue, m’a encouragé à en pousser la porte avant-hier.

Annoncée « particulièrement riche et variée », la collection du musée est dévoilée au fil des expositions temporaires. Le rez-de-chaussée et les deux étages offrent un cadre agréable à une visite d’une heure.

Sixties ! Les couleurs d’une libération à la bonne idée de présenter une partie des modèles sur de simples estrades. L’absence de vitrine permet d’apprécier les tissus, les boutons et les finitions de près. Les pièces sont en excellent état et rappellent toute leur modernité. J’aurais bien dévalisé la moitié des tenues essayé quelques robes. J’ai donc poussé quelques waouh. Un montage vidéo d’une quinzaine de minutes reprend des présentations de collections avec images, musiques et commentaires d’époque. J’ai passé un très bon moment, séduite par certaines silhouettes et amusée par les mises en scène, la gestuelle (et les pas de danse) des mannequins et l’évocation des tenues de la femme de l’an 2000…

Par contre, l’éclairage m’a paru inadapté. C’était globalement assez sombre et trop dans le cas de certaines vitrines. J’ai été un peu surprise aussi par le fait que les couturiers de l’époque soient si peu cités ou présentés. Le livret que l’on reçoit gratuitement à l’entrée détaille chaque modèle exposé (c’est bien), mais sans illustration (ça l’est moins). Cela permettra aux plus curieux de faire des recherches ailleurs. Dès que je récupère mon exemplaire (que j’ai égaré en allant ensuite écouter du rock et de la chanson française), je vous détaille mes coups de cœur.

Les panneaux accompagnant l’exposition se lisent agréablement et hallucinent sans avoir l’air d’y toucher en rappelant des faits qui en disent long sur l’évolution du statut de la femme, de ses droits et de ses libertés. Les années 60 c’était hier, peut-être même encore aujourd’hui. L’habit ne fait pas le moine, mais un journaliste a pu écrire un jour « de broek maakt de vrouw » (le pantalon fait la femme). Cette exposition plaisante nous rappelle sans plaisanter l’importance et le privilège de porter haut ces couleurs là.

Musée du Costume et de la Dentelle

12, Rue de la Violette – 1000 Bruxelles

Entrée : 3,00 €

Infos :

02 213 44 50

http://musees.bruxelles.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s