Home

Dans la liste des choses qui me lourdent sévèrement lors d’un concert, je coche :

> Le type qui trouve ça tellement bien qu’il filme. Plus précisément, il plante l’écran désormais immense de son appareil photo numérique juste entre les douze personnes directement derrière lui et la scène. Tu vois, le type, si j’avais eu envie de découvrir ce concert sur une vidéo à l’image et au cadrage médiocres, je ne serais pas dans cette salle.

> Le garçon ou la fille qui adoooooore cette chanson. D’ailleurs, il la réclame depuis le début de la soirée. Immanquablement, quand le chanteur raconte une anecdote qui pourtant a l’air drôle, le garçon ou la fille hurle dans l’oreille de sa voisine (et donc au voisinage) : « j’espère qu’il va faire celle-la, elle est trop bien » ou « il a pas fait encore celle du clip là… » ou « encore de toute façon, ce morceau, c’est clair, ils le gardent pour le rappel ». Et donc, quand enfin arrive LA chanson le garçon ou la fille ne se contient plus de joie et chante. Fort. Faux. Parce que le garçon ou la fille n’est évidemment pas chanteur(se), ni vaguement choriste. Il ou elle n’a même jamais été invité(e) à faire du lipping dans un clip homemade. Mais chante. Faux. Fort.

Dans cette catégorie, les pires, ce sont les fans qui maîtrisent et entonnent TOUT le répertoire. Et dans cette sous-catégorie, les encore plus pires, ce sont les fans de chanson française (oui, le fan la ramène moins quand il connaît surtout les versions yaourt des albums). J’ai dernièrement pu découvrir Ginette chante Fersen. J’aime moins.

> Le mec bourré (d’humour) qui customise les projections en faisant des ombres avec ses doigts. Il existe, ici aussi, plusieurs degrés d’intervention. Le premier consiste à agiter sa main devant le faisceau lumineux pour dire « coucou ». Au degré deux, le même mec pourra lever un pouce ou faire le V de la victoire pour encourager les musiciens ou partager son enthousiasme. Vous ne trouvez pas qu’il manque une mouette quelque part ? Le mec du degré trois, oui. Il va donc réaliser pour nous un oiseau, un lapin ou un serpent. Sa main droite (le doberman méchant) pourra aussi faire mine de déchiqueter sa main gauche (dans son propre rôle). Je vous jure : ça, je l’ai vu hier !

Ah, oui, au fait, justement : hier le concert de Phoenix à l’Ancienne Belgique, c’était comment ?

J’avoue que l’intérêt de la partie instrumentale du milieu m’a totalement échappé, mais que le reste m’a suffisamment fait danser pour me donner mal aux pieds. Voix impeccables, show énergique et maîtrisé, projections (…) impressionnantes et imaginatives et même une jolie reprise en français d’une chanson de Johnny.

J’aime bien moi la « pop d’ameublement ».

Publicités

4 réflexions sur “Not easily offended.

  1. J’ajouterais les gars qui, avant le concert, recherchent, avec une pointe d’énervement, à la fois des places à vendre ET à acheter.

    ps : Alors c’est décidé pour le blog ?

  2. Et voila, je lis ton blog, page à page! Je me demandais ou j’allais faire un commentaire et la je glisse mon doigt pour faire défiler la page et juste au moment ou je lis le titre de ce message, Mr Phoenix prononce en chantant « Not easily offended » par les baffles de mon ordinateur!! Les coincidences comme ca, j’adore!

    • Moi aussi! Bienvenue sur mes pages alors… d’autant que ton commentaire vient de me donner une idée pour un prochain « Mot du moment ». Merci pour ta visite, et à bientôt!

  3. Pingback: Mon blog de fille*. « Les pages de Bettie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s