Home

C’est une chose de porter un intérêt théorique et mollement cultivé à un(e) artiste et à sa démarche. Cela en est forcément une autre d’être confronté à ses oeuvres.

Peintures. Dessins. Sculptures. Gravures. Installations.

Enfance. Corps. Sexualité. Enfantement. Mort.

Il y a un peu plus de deux ans, la rétrospective consacrée à Louise Bourgeois par le Centre Pompidou m’avait… comme… par surprise… fauchée.

Louise Bourgeois derrière sa sculpture Eye to Eye © Raimon Ramis (1990)

Sculpteur majeur de la seconde moitié du 20e siècle, Louise Bourgeois s’est éteinte, hier, à New York, à l’âge de 98 ans.

P.S.: Le titre de ce post est emprunté à Vincent Noce sur Libération.fr.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s