Home

Dans la chanson 15 août de Benjamin Biolay (ma préférée du très bel album La Superbe), mon mot du moment évoque un établissement. Je n’ai jamais mis les pieds dans la ville britannique du même nom. Mais il me plaît terriblement quand il désigne un fin carton.

J’ai toujours imaginé que les plus douces déclarations devaient s’y dévoiler en lettres manuscrites. Que les annonces les plus terribles et les plus définitives devaient s’y graver. Que simples et peu nombreux, ces mots là étaient de ceux qui comptent.

Glissés dans de sobres enveloppes coordonnées, ces messages doivent sans doute arriver lors d’une de ces journées un peu trop fraîches, un peu trop lentes. Et être lus non loin d’une fenêtre, dans cette lumière là.

Photos de Mimi.

Publicités

2 réflexions sur “Je t’écris du Bristol, où j’ai déjeuné seule…

  1. Tu devrais les publier dans un recueil tes articles. Quel plaisir ! Sincère. Toujours.
    Sinon, 15 septembre est encore plus belle que 15 août je trouve. C’est dire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s