Home

Il aura fallu deux siècles pour que les femmes s’approprient le pantalon, vêtement symbolisant LE pouvoir. Au 19e siècle, elles passent encore pour travesties. Dans la dernière partie du 20e siècle, les voilà émancipées. A l’inverse, les hommes ont toujours du mal à s’emparer de la jupe : le stigmate de travestissement leur colle encore à la peau. Ultime verrou du grand chambardement qui affecte le féminin et le masculin depuis la fin du 20e siècle ?

Cette question, c’est Cécile Daumas qui la posait en septembre dans Liberation Next, en ouverture d’un article évoquant L’Histoire politique du pantalon. Dans cet ouvrage, l’historienne Christine Bard développe comment le vêtement, et celui-là en particulier, est aussi une question de pouvoir et d’identité.

Je suis retombée sur ce papier en essayant de trier un peu… J’ai réalisé que je ne connais qu’un seul garçon dont la garde-robe comporte une ou deux jupes, longues. Il les porte très bien. Plutôt lors d’occasions ou d’événements « habillés » je crois, mais j’aime l’idée qu’il ne renonce pas à cette coquetterie-là.

(Une loi française du 17 novembre 1800 interdit le port du pantalon aux femmes. Si elle est tombée en désuétude, cette ordonnance n’a jamais été abrogée…)

Publicités

8 réflexions sur “Marc, Georges, Morris… et les autres.

  1. Je suis pour que tout le monde ait le choix. J’adore porter des pantalons et traîner en jeans, et j’adore les jupes (que certaines filles ne portent jamais). Les garçons devraient aussi se permettre de choisir, mais ça prendra peut-être aussi un siècle et demi?

  2. La semaine dernière, dans la série de mes recherches anthropologiques sur le sujet « ma vie avec un métalleux », je me suis rendue à un concert d’un groupe de métal suédois, qui soit dit en passant peut être qualifié d’ABBA du métal vu leur reprise de « Summernight city »… (la seule chanson que j’ai pu chanter, j’étais vachement fière…). Donc, à ce concert, je peux affirmer avoir vu de nombreux garçons arborer la jupe (et non pas le kilt…). La question se pose donc : le métalleux aime t-il l’étiquette de travesti ou serait-il juste en avance sur son temps? Ni l’un, ni l’autre… En effet, selon ma charmante moitié, le métalleux verrait dans la jupe un bon moyen de se démarquer et de faire fi des convenances tout en alliant l’esthétique et le confort…

  3. Pingback: Girly devil inside. « Les pages de Bettie

  4. Bonjour,

    pour complément de votre article :

    – l’histoire résumé du port du pantalon par les femmes : http://hommes.jupe-skirt.info/articles-de-jupe-skirt/54-lhistoire-resumee-du-port-du-pantalon-par-les-femmes.html

    – une interview de Christine Bard : http://hommes.jupe-skirt.info/articles-de-jupe-skirt/163-christine-bard-son-livre-ce-que-souleve-la-jupe.html

    Les hommes auront ils le même courage que les femmes pour s’émanciper vestimentairement ? Qui sait…. ?

    Bien à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s