Home

J’ai déjà évoqué brièvement sur ces pages l’atelier photo que j’ai commencé en octobre. Encadré par le photographe Lorent Matagne, il est ouvert aux adultes et aux jeunes dès 15 ans. J’avais un peu peur d’être une des seuls trentenaires de l’aventure, mais finalement nous sommes cinq. Les six autres participants sont des adolescents charmants à qui j’ai du expliquer que, vraiment, ce vouvoiement à mon égard n’était pas indispensable.

Le rythme de nos séances – un samedi par mois – me convient parfaitement. J’aurais eu je pense du mal à me contraindre à un rendez-vous et surtout un travail hebdomadaires. Et donc, notre seconde journée d’atelier avait pour thème glamour : le reportage photographique… au rallye du Condroz. Un événement sportif auquel, en bonne voisine, je n’avais avant ce samedi jamais mis un pied (dans la boue). Là, je pense que entre 9h15 et 16h, et deux spéciales (oui, je cause automobile à présent), j’ai bien rattrapé mon retard.

Par contre, j’ai un peu foiré mon projet de départ. La consigne était de pouvoir présenter une quinzaine de photos à l’issue de la journée. J’avais décidé deux choses : ne pas photographier de voitures et proposer un streetstyle, forcément un peu décalé, des personnes croisées sur les bords des routes, au beau milieux des champs, devant les tonnelles à vin chaud ou à cochon grillé. Je n’ai absolument pas osé. Pas osé demander aux gens de poser pour moi. Pas osé tricher et les photographier à leur insu – mon Lumix se prête de toute façon fort peu aux portraits réalisés de loin à la sauvette.

Je positive la chose : un des apprentissages de cet atelier devra donc être d’apprivoiser ma réserve vis-à-vis de ces contacts là. Je crois aussi que j’ai refusé les clichés de gueules pittoresques, de dégaines dont on aurait surtout envie de moquer le manque d’élégance. Cela dit, je pense que la mienne de dégaine – manteau long en laine bleu marine, broche fleurie vintage et béret en feutre rouge acheté à une modiste – a du en faire sourire plus d’un. C’est bien dans ce sens là aussi.

Publicités

4 réflexions sur “Sur droite, gauche, léger, se resserre.

  1. Je suis en retard je sais mais je ris, je ris… intérieurement (nous sommes en pleine scène de fesses, donc l’air de rien, je fais un ptit tour sur le net).
    Qui aurait cru que ma soeur n’avait jamais mis les pieds, ou les fesses justement, au rallye du Condroz…
    Je suis vraiment le mec de la famille…

    • @Mimi : à part toi, je crois que la terre entière croyais à juste titre que je n’avais jamais mis le postérieur au rallye du Condroz. Et je suis bien contente que cela te fasse rire mon gars!
      @La terre entière : je précise que ma sister est actuellement sur un tournage (bien comme il faut, hein) et que, non, elle ne lit pas mon blog pendant ses ébats (mon dieu quelle abominable idée!).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s