Home

Certains mots n’ont pas – mais alors pas du tout – le son de leur sens. Prenez le mot « tabou » par exemple. Adjectif, il caractérise quelque chose dont on ne doit pas parler, par crainte ou par pudeur, quelque chose que l’on doit taire au nom de la morale d’une société. Nom masculin, il désigne un interdit religieux ou social. Bref, côté définition, le tabou n’est pas le roi de la farandole.

Pourtant, à l’oreille, il est plutôt joyeux ce mot. On y entend presque ses origines polynésiennes… Dans les années 50, il fut même associé au nom de la ville lumière pour un effet tout de suite moins austère.

Revue coquine française, Paris Tabou fut éditée entre 1949 et 1953. Plantureusement illustré de courbes de pin-ups, le mensuel publiait des articles et des nouvelles d’auteurs connus ou en passe de l’être. Boris Vian (fondateur du Tabou Club qui aurait inspiré le nom du périodique) a par exemple signé un texte intitulé L’amour est aveugle dans le premier numéro. Le graphiste et affichiste italien Gino Boccasile en a réalisé de nombreuses couvertures. Délicieux, n’est-ce pas ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s