Home

D’une manière générale, je ne m’autorise pas à juger les histoires d’amour. Il me semblerait particulièrement déplacé de m’en moquer. Mais j’ai toujours eu un sentiment ambivalent envers les groupies. Il a quelque chose de profondément dramatique dans ces amours là. Absolues, elles sont à la fois poignantes et navrantes.

Il y a ces coeurs qui battent plus fort que pour un rendez-vous amoureux. Ces sentiments voués à n’être jamais réciproques. Ces visages que l’excitation pare de rougeur et de sueur. Ces présents naïfs tendus fébrilement. Cette attente consumante d’un regard ou d’une main frôlée. L’espoir dérisoire d’être un jour, simplement, reconnu(e), de devenir un prénom. Je n’ai pas envie de mépriser ces émotions.

Mais hier soir, j’ai aussi trouvé cette hystérie terriblement vulgaire et laide. Triste et imbécile. Parce que l’artiste ne devient plus finalement qu’un objet. Celui d’un désir, certes, mais finalement dépossédé de son humanité et du respect de celle-ci. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, les chansons sont hurlées à défaut d’être écoutées. L’enjeu n’est plus soudain de partager quoi que ce soit, mais bien de s’approprier la soirée. Notamment en dévoilant le set, férocement et ostensiblement connu par coeur.

Camper devant une salle dès 5h30 du matin… Voir 130 fois le même artiste… Se battre parce qu’on ne trouve pas neuf places les unes à côté des autres au premier rang… J’ai toujours orgueilleusement refusé de leur ressembler. Et pourtant, il m’est arrivé de perdre mes mots et mon naturel devant un artiste.

© Central Press / Getty Images.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s