Home


Avec un titre pareil, ce film avait forcément de quoi attirer mon attention. L’affiche a tenu ses promesses : Burlesque n’a absolument aucun intérêt.

Ce mouvement lié à l’art de l’effeuillage a pourtant une passionnante histoire. Littéralement, le burlesque joue sur un décalage entre la grandeur et la trivialité, désigne une manière de traiter légèrement des sujets sérieux. Ici, c’est précisément l’inverse. Pendant 100 très longues minutes, le réalisateur Steve Antin met le paquet de voix, de chorégraphies MTv, de paillettes, de plumes et de mascara pour servir son scénario insignifiant. Son film célèbre le manque de subtilité et d’élégance avec une assurance effarante. Tout, dans cette « comédie musicale » indigeste, est lisse, formaté et archi-convenu. N’évoquons même pas le casting : la « légende », la « star » et les danseuses semblent en plastique – les leurs m’ont carrément fait peur.

Les artistes néo-burlesques investissent volontiers des univers décalés, alternatifs, subversifs. Cette scène se caractérise par une stimulante diversité de pratiques, de personnalités, de modes d’expressions et de corps. Des démarches personnelles, artistiques, mais aussi parfois politiques. A la vue de Burlesque, certain(e)s ont du suffoquer dans leurs corsets.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s