Home
« Is now boycotting fashion blogs. The clothes create expensive desires, and the girls are all so skinny they make me feel fat even though I’m not. »
.
.
Sans me permettre de conclure qu’elle partage les idées qui vont suivre, le statut facebook du jour d’une copine (qui est aussi une lectrice de ce blog) me semble faire écho à ma réflexion d’hier soir. Lors de ma ballade quotidienne sur le web, j’ai découvert une vidéo de la marque française et tendance The Kooples. Comme son nom l’indique, sa cible serait (donc) des couples qui prennent plaisir à faire les boutiques ensemble, voire à s’échanger leurs fringues. Et ce sont précisément ces mêmes couples, souvent des inconnus (mais j’ai de mémoire notamment aperçu Coeur de Pirate), toujours hyper lookés, qui apparaissent sur les campagnes publicitaires de la marque.
.
A l’instar des duos mères-filles des Comptoirs des cotonniers (les créateurs des deux enseignes sont d’ailleurs de la même famille), The Kooples a investi les créneaux « vestiaire unique pour individus différents » et « mannequins issus de la vraie vie ». L’inspiration est ici clairement néo-rock, vie nocturne ascendant underground et irrévérence british. Sur la planète arty, la recette a parfaitement fonctionné et en moins de trois ans, la marque a su se positionner dans les dressings branchés. Je dois avouer que sur blogueuses modeuses et papier glacé, les fringues me plaisent assez.
.
Sauf que, pour revenir au sujet de ce post, la vidéo Following the Shadow me fait tellement froid dans le dos que je n’ai pas envie de l’insérer ici… On y découvre un couple forcément « beau » et stylé (on le retrouve aussi dans Morning, une autre pub). La maigreur de la jeune femme me paraît tout simplement abominable. Elle me met d’autant plus mal à l’aise que plusieurs magazines et blogs célèbrent ces derniers mois le retour des formes et des rondeurs dans la mode, sur les écrans et la scène culturelle. Beth Ditto ou autres Christina Hendricks deviendraient-elles malgré elles les alibis plantureux de marchés cyniques qui méprisent toujours autant la chair, mais beaucoup moins les portefeuilles des filles aux silhouettes naturelles et salutairement imparfaites, qu’elles soient finalement grosses, rondes ou pas ?
.
P.S.: J’ai montré la vidéo à mon amoureux… Il trouve cela tellement effrayant qu’il pense que cela doit être fait exprès, pour dénoncer la course à l’ultra-minceur. C’est naïf parfois les garçons…
Publicités

6 réflexions sur “Peur de son ombre.

  1. Ouh j’ai failli tomber du canapé en voyant mon status :)) Ca me permet de préciser ma pensée (qui, tu verras, rejoins la tienne). Si les couturiers ont parfois déclaré qu’avoir un mannequin très mince desservait la cause du vêtement (vous regardez les fringues, pas la fille), alors une telle minceur n’a pas de raison d’être dans la vraie vie. Et pourtant la société a laissé les mannequins et leur maigreur influer sur l’idée collective de ce qu’est la beauté.
    Mon status était le résultat d’une visite sur le site LookBook, où des féru(e)s de mode postent des photos (souvent d’excellente qualité) de leur look du jour. Et presque toutes sont vraiment très très minces, voire trop minces (ambiance la vidéo dont tu nous parles!). Les blogueuses mode sont souvent très très minces. Ce sont désormais la fringue et son « tomber » qui dictent le volume du corps, on dirait. Et je crains bien, en effet, que les soi-disant « rondes » montrées dans les magazines ne servent qu’à essayer de préserver la part de marché des « rondes » dans le lectorat (ou à se donner bonne conscience, qui sait…).

    Pour ce qui est de The Kooples, je suis perplexe. Devoir faire garde-robe commune avec sa moitié, ça ne serait pas se raconter une fois de plus (et à tort, évidemment) que l’autre est identique à soi, puisqu’on peut même partager ses fringues? Illusions bien dangereuses pour la vie de couple…
    Je préfère garder ma garde-robe de Betty Draper pour moi seule :)

  2. Il y a quelques temps de cela, le magazine ELLE faisait un numéro spécial ronde en montrant en photo des jeunes filles qui devaient faire AU MOINS du….40!
    No coment….

  3. Cette aprem, « visite » (càd razzia) chez H&M. Dans les rayons, je ne trouvais plus ma taille 42. Par contre, encore de nombreuses pièces en tailles 34 et 36. Rien que ça, ça devrait éclairer la lanterne des stylistes de par le monde! Les nanas sont de plus en plus rondouillettes, et c’est bien mieux comme ça!

    • Mieux, je ne sais pas. Je n’ai aucun problème avec la minceur elle-même. Les filles qui me plaisent sont indifféremment minces ou rondes. C’est une question d’allure, de rapport au corps, de joliesse des formes (qu’elles soient généreuses ou moins), de goûts et du plaisir pris à composer avec tout ça.

      Pour en revenir aux tailles de vêtements, mon drame à moi, c’est que je pense qu’en fait je fais du 39…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s