Home

J’ai toujours été un peu effrayée par le principe des cours de biologie où, pour étudier l’anatomie ou le fonctionnement d’un appareil du corps, on devait disséquer un organe ou un animal mort. L’idée du contact de la lame d’un scalpel sur la chair d’une grenouille ou la paroi d’un coeur, de la légère pression qui suffirait à les fendre, les inciser, m’est très désagréable. Heureusement, ces épisodes sont toujours restés pour moi ceux de séries télé ou de souvenirs de la scolarité d’aînés.

Pourtant, les dissections poétiques de Kate MacDowell m’attirent. J’aime son travail de la porcelaine. La blancheur et la délicatesse, les vanités et les chimères. Ce n’est pas joli. C’est violent et délicat, dans plusieurs sens du terme. Certaines pièces me mettent très mal à l’aise. D’autres me captivent.

Le propos de l’américaine est clair : il est question de la relation entre l’être humain et la nature aujourd’hui. L’impact de l’homme contemporain sur son environnement. Avec une inquiétante implication : lui aussi vulnérable, il est une victime potentielle de ses pratiques destructives.

Kate MacDowell explique choisir la porcelaine pour ses qualités lumineuses et fantomatiques mais aussi pour sa force et la précision de texture qu’elle permet. Ses animaux prennent des qualités anthropomorphiques ou nichent en nos creux. Ses sculptures touchent aux mythes autant qu’au prosaïsme d’un masque à gaz. Le discours et la matière, la sculpture et son vocabulaire me semblent d’une rare cohérence. Comme si ils se mettaient mutuellement en abîme. Chaque pièce devient alors « un spécimen capturé et préservé ».

(Les images proviennent du site de l’artiste).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s