Home

Cette nuit, dans un hôtel Première classe qui n’a de cette catégorie que le nom, j’ai pleuré. J’ai pleuré en lisant les mots d’un ami cher au sujet de mes pages. J’ai pleuré parce qu’ils sont pleins d’affection. Parce qu’ils évoquent… une fille digne d’intérêt. J’ai pleuré parce que, hier, je crois que j’avais oublié cela.

Je me suis rappelée que j’avais été touchée par la grâce d’un amour vrai. De celles qui vous arment pour la vie, qui vous réparent quand vous vous rappelez les mots et les gestes du disparu. Que je suis aimée par d’autres, précieux, qui m’entourent, tellement. Que je serai aimée encore. Pas par tous, bien sûr, mais par ceux qui se l’autoriseront. Qu’il y aura aussi tout l’amour à offrir à ceux qui ne sont pas encore là. Ce sera à elle, très bientôt.

Cette nuit, à Compiègne, j’ai pleuré et cela m’a fait du bien.

Merci Terence.

Publicités

4 réflexions sur “Compiègne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s