Home

A Clermont-Ferrand, il y a donc eu un festival et les films et les fêtes qui vont avec – certains étaient flous. Des bières, onze pichets de rouge et quatre bouteilles de champagne, rien que pour le repas du dernier soir. Des retrouvailles et des rencontres. Le casier 1325. De la neige et des bleus au genou. Une fête des belges. De jolis gants en cuir mauve perdus. Un hôtel et un appartement. Le saucisson de 17h30 au marché. Des souvenirs qui sont revenus, et d’autres qui se sont construits.

 

Il y a eu aussi une bien jolie surprise au pied de la cathédrale : une exposition des lithographies de David Lynch au FRAC (Fonds régional d’art contemporain Auvergne). Je méconnaissais totalement cette partie du travail du cinéaste (et donc pas que). J’ai appris que la peinture, le dessin, la gravure, le son, la photographie, l’animation sont d’autres modes de création qui accompagnent sa vie. Ils lui offrent la possibilité de créer d’une manière plus directe, plus intuitive, plus spontanée que le cinéma. J’ai été moins touchée par The Paris Suite (très réussie formellement au demeurant) mais j’ai vraiment adoré plusieurs oeuvres. Ici la violence lumineuse, là la poésie sombre. Là l’utilisation de mots simples, ici la dense narrativité picturale. Je m’attendait bien sûr à ce que cela soit étrange ou angoissant. J’ai aimé m’étonner de trouver aussi cela… intensément sentimental.

Pour la première fois, j’ai envisagé d’acheter un jour une oeuvre d’art… et je suis finalement repartie sans m’offrir le catalogue. La route tracée, interrompue, puis reprise, le train bien arrivé, la valise et les deux lourds sacs à présent défaits, je le regrette.

Ce post est aussi ma participation au SummerTime de février initié par Mulot.

Publicités

10 réflexions sur “« I write on your skin how much I love you. »

    • Il n’a pas la prétention d’être instructif tu sais… juste celle de partager mon coup de coeur avec vous. Ce SummerTime fut l’occasion parfaite !

    • Le moment, le lieu, la compagnie, le fait de découvrir cette exposition par hasard… ont ajouté aux sensations, oui. Et « captivante » est en effet un mot assez juste.

  1. Oh! Je suis hypnotisée par « two figures »! Je ne connaissais pas non plus ce pan de la carrière de David Lynch et je trouve ces lithographies pleines d’élans retenus et c’est très beau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s